top of page

Interpréter les résultats

L’interprétation des résultats de SEFI® est basée sur les résultats de huit études cliniques :

 

  • Chez 114 patients adultes ambulatoires et hospitalisés dénutris ou à risque de dénutrition, il existait une corrélation statistique entre les résultats de l’échelle visuelle analogique et l’enquête alimentaire sur 3 jours.(3) De plus, dans cette étude, 81% des patients dont le score était <7 étaient effectivement dénutris, selon l’index de risque nutritionnel (NRI).(18) Ces résultats ont été confirmés par une étude indépendante menée chez 1762 patients d’oncologie médicale.(4)

 
Chez l’adulte, SEFI® permet d’identifier un risque de dénutrition si le score est <7.

 

  • L’étude Nutrition Day, menée chez 16 290(1) patients et élargie en 2016 à 103 920 patients, a montré que consommer ≤50% des portions servies lors des repas de midi et du soir augmentait le risque de décès à 30 jours de 2 à 8 fois.

Chez l’adulte, SEFI® permet d’identifier un risque de dénutrition si la portion consommée est ≤1/2 de l’assiette.

  • Dans une cohorte de patients nouvellement diagnostiqués avec une fibrose pulmonaire idiopathique, une prise alimentaire insuffisante, définie par un SEFI® <7 au diagnostic, était associée à une surmortalité et plus d’hospitalisations à un an.(10) Chez des patients dénutris hospitalisés, un SEFI® <7 était lié à un risque élevé de réadmission hospitalière à 30 jours.(11) En analyse multivariée, chaque point de SEFI® supplémentaire était associé soit à une réduction des risques d’hospitalisation et de décès(10), soit à une diminution du risque de réadmission à l’hôpital à 30 jours.(11)


Chez les patients hospitalisés, dénutris ou non, ou porteurs de fibrose pulmonaire idiopathique, SEFI® est fiable pour évaluer le pronostic du patient, qui est moins bon en cas de score de l’échelle visuelle analogique <7 ou de portion consommée ≤1/2 de l’assiette.

 

  • Deux études révèlent que SEFI® est efficace pour détecter la dénutrition chez les résidents d’EHPAD.
    La première montre une sensibilité de 75%, une spécificité de 87% et des valeurs prédictives positive et négative respectivement de 67% et 91% pour le diagnostic de dénutrition selon le Mini Nutritional Assessment (MNA)
    ® <17, évalué par les soignants (AUC=0,81).(7)
    La seconde étude indique qu’un SEFI® <7 prédit correctement (AUC=0,71) la dénutrition selon les critères du GLIM,(12) avec une sensibilité de 56%, une spécificité de 65% et des valeurs prédictives positive et négative de 58% et 63%.(8)


En EHPAD, SEFI® permet d’identifier la dénutrition si le score de l’échelle visuelle analogique est <7 ou la portion consommée est ≤1/2 de l’assiette.

 

  • Chez 505 patients suivis en médecine générale, la sensibilité, la spécificité, les valeurs prédictives positive et négative pour le diagnostic de dénutrition, définie par une perte de poids à 6 mois ≥10% et/ou à 1 mois ≥5% et/ou IMC ≤18,5 kg/m2 (ou <21 après 70 ans), d’un SEFI® <7, étaient respectivement de 34%, 85%, 13%, et 96%.(5)


En médecine générale, SEFI® est fiable pour éliminer le diagnostic de dénutrition en cas de score de l’échelle visuelle analogique ≥7.

1. Hiesmayr M, et al. Decreased food intake is a risk factor for mortality in hospitalised patients: The Nutrition Day survey 2006. Clin Nutr 2009;28:484-491.

3. Thibault R, et al. Use of 10-point analogue scales to estimate dietary intake: A prospective study in patients nutritionally at-risk. Clin Nutr 2009;28:134-140.

4. Guerdoux-Ninot et al. Assessing dietary intake in accordance with guidelines: Useful correlations with an ingesta- Verbal/Visual Analogue Scale in medical oncology patients. Clin Nutr 2018, Jun 30. pii: S0261-5614(18)31193-2. doi: 10.1016/j.clnu.2018.06.974.

5. Bouëtté G, et al. A visual analogue scale for food intake as a screening test for malnutrition in the primary care setting: Prospective non-interventional study. Clin Nutr 2021;40:174-180.

7. Mesbah S, et al. The evaluation of consumed food portions as a screening test for malnutrition in the older people living in a nursing home: A cross-sectional pilot study. Nutrition Clin Metab 2023;37:62–67.

8. Billeret A, et al. Assessment of food intake assisted by photography in older people living in a nursing home: maintenance over time and performance for diagnosis of malnutrition. Nutrients 2023;15(3):646.

10. Jouneau S, et al. Malnutrition and decreased food intake at diagnosis are associated with hospitalization and mortality of idiopathic pulmonary fibrosis patients. Clin Nutr 2022;41:1335-1342.

11. Rageul E et al. Une prise alimentaire insuffisante à l’hôpital est associée à un risque plus élevé de réadmission hospitalière chez des patients pris en charge par l’Unité Transversale de Nutrition (UTN) d’un centre hospitalier universitaire (CHU). Communication orale. Journées Francophones de Nutrition 2022.

12. Cederholm T, et al. GLIM criteria for the diagnosis of malnutrition: a consensus report from the global clinical nutrition community. Clin Nutr 2019;38:1-9

13. Delarue J, et al. Diagnosing undernutrition children and adults: new French criteria. Why, for what and for whom? A joint statement of the French National Authority for Health and French Federation of Nutrition. Br J Nutr 2022;127:739-751.

18. Buzby GP, et al. A randomised clinical trial of total parenteral nutrition in malnourished surgical patients: the rationale and impact of previous clinical trials and pilot study on protocol design. Am J Clin Nutr 1988;47 (Suppl. 2):357-365.

bottom of page